Espèces d’adventices

Il existe de nombreuses espèces d’adventices, de tailles variables. Parmi les herbes indésirables les plus communes, citons les suivantes :


Plantain
Le plantain est une plante sauvage qui se sent à l’aise un peu partout : on le trouve entre les pavés, dans la pelouse ou dans les massifs fleuris. Ses feuilles forment une rosette dont émerge une tige qui porte de petites fleurs pâles de mai à novembre. Le plantain se reproduit en se ressemant. Il puise des nutriments dans le sol. Lorsqu’il pousse dans la pelouse, il prive l’herbe de ces nutriments et freine dès lors sa croissance.

Pissenlit

Un grand classique parmi les “mauvaises” herbes. Le pissenlit se reconnaît facilement, notamment à ses grandes fleurs ligulées jaunes qui se transforment en boules d’aigrettes blanches et duveteuses une fois la floraison terminée. Le pissenlit a la propriété de pouvoir se reproduire aussi bien avec ou sans fécondation. Par conséquent, il se propage à toute allure et a tôt fait de conquérir votre pelouse ou votre terrasse.

Pâquerette

Sous ses airs charmants et innocents, la pâquerette est une adventice tenace qui s’étend rapidement par des rhizomes. La fleur blanche, pareille à une marguerite miniature, se reconnaît à son cœur jaune entouré de fins pétales blancs. Elle fleurit de mars à septembre. Inutile d’espérer venir à bout de cette fleur des champs en y passant la tondeuse. Elle reviendra aussitôt.

Trèfle

Si un trèfle à quatre feuilles est un charmant porte-bonheur, les trèfles à trois feuilles, bien plus nombreux, sont un cauchemar pour les amateurs de gazon anglais. Le trèfle se multiplie au moyen de stolons rampants qui lui assurent une extension rapide et redoutable. De plus, c’est une plante solide qui survit facilement à l’hiver.

Chardons

Il existe de nombreuses espèces de chardons différentes : chardon crépu, cirse commun, cirse des champs… On les reconnaît à leurs épines et leurs têtes florales roses ou violettes. Ils sont généralement bisannuels : ils forment des racines et une rosette de feuilles la première année, et fleurissent l’année suivante. Les chardons se propagent via leurs graines, qui germent pratiquement à coup sûr.

Prêle

On dénombre une quinzaine d’espèces de prêles, dont la plus commune est la prêle des champs, fréquente sur les sols sableux et humides. Les rhizomes, qui s’enfoncent de plusieurs mètres dans le sol, présentent des nœuds qui, après détachement, forment de nouveaux plants. La plante survit sans problème à l’hiver.

Ortie

Avant de vous en prendre aux orties, n’oubliez pas d’enfiler des gants… Les poils urticants des orties provoquent de très désagréables démangeaisons. Cette sauvageonne se propage à la fois par ses graines et par ses racines. La grande ortie apprécie les terrains frais à l’ombre, tandis que la petite ortie (ou ortie brûlante) préfère les emplacements au soleil sur terrain fertile.

Oxalis

L’oxalis petite oseille a de petites fleurs blanches. L’oxalis corniculé et l’oxalis dressé se parent quant à eux de fleurs jaunes. L’oxalis corniculé est fréquent dans nos potagers et parterres.

Bouton d’or
Les racines du bouton d’or secrètent des substances qui entravent la croissance des plantes voisines. De plus, il est toxique pour les animaux. La petite fleur jaune se propage via ses graines et au moyen de rhizomes.

Comment lutter contre les adventices ?

Mieux vaut bien entendu prévenir l’apparition des adventices, mais compte tenu de l’efficacité de leur mode de propagation, il est quasi impossible de les éviter. Pour limiter autant que possible leur présence, vous pouvez couvrir la terre des massifs, entre les plantes, avec des copeaux de bois, des écorces ou des cosses de cacao. Si vous souhaitez protéger une grande parcelle de terre nue, vous pouvez la recouvrir d’une toile antiracines qui laissera l’eau et les nutriments pénétrer dans la terre, mais empêchera les herbes indésirables de s’installer.

Les adventices surgissent non seulement dans la pelouse et les massifs, mais aussi au potager, sur la terrasse, entre les pavés et clinkers des chemins et accès, dans la pelouse et sur les terrains en friche. Il existe plusieurs méthodes pour lutter contre les adventices. On peut les combattre à l’eau et à l’air brûlants, mais aussi en pratiquant le désherbage à la main ou à la binette. La binette est surtout efficace contre les adventices qui se propagent via les graines. Celles qui se propagent grâce à un système racinaire efficace demandent davantage d’efforts. Veillez bien à éliminer toutes les parties des racines lorsque vous les délogez. Sur la terrasse, vous pouvez supprimer les herbes indésirables en vous servant d’un gratte-joint ou d’une bosse. Dans du gravier, les herbes indésirables peuvent être contenues grâce à un ratissage régulier. Certaines personnes recommandent l’usage de l’eau chlorée, du sel ou du vinaigre, mais mieux vaut l’éviter : ces produits sont nocifs pour l’environnement et leur effet est de courte durée.

Les herbicides sont efficaces, mais veillez bien à ne pas utiliser dans vos massifs fleuris un produit destiné aux surfaces pavées, par exemple. Par ailleurs, utilisez toujours un produit responsable accessible aux particuliers et bien règlementé. Ou optez pour une alternative écologique qui combat les adventices de manière écoresponsable et sans nuire aux autres plantes. En savoir plus sur la lutte contre les adventices.

Share