Le carpocapse est une petite espèce de papillon (9 mm) dont les dégâts provoqués sous sa forme de chenille sont largement répandus, mais qu’on ne remarque que très rarement, voire jamais, sous la forme de papillon. Ce sont des mini-papillons qui volent à la nuit tombée, dès le crépuscule.

Les œufs sont pondus à partir du mois de mai sur les pétales de fleurs, les jeunes fruits ou sur les pousses et les feuilles. Les minuscules chenilles viennent se frayer un chemin dans le fruit, éventuellement après une floraison ou une fructification superficielle. Les chenilles au stade immature sont d’un blanc sale avec une tête sombre. Elles percent les fruits et remplissent les galeries qu’elles ont creusées de leurs déjections sombres. Elles atteignent ensuite le noyau où elles mangent les pépins.

Les fruits dévorés au début du printemps tombent prématurément. Déterminer si cela est bénéfique ou nocif dépend de la grossesse de l’arbre. Lorsqu’il y a trop de fruits, il est recommandé d’éclaircir les arbres naturellement. Le degré d’invasion peut varier considérablement d’une année à l’autre, notamment car les papillons ne sont actifs qu’à partir de 13 °C le soir. Ils ne déposent leurs œufs qu’à des températures nocturnes de 15 °C ou plus. Des recherches ont montré que non seulement la température du soir détermine la ponte, mais que pour une ponte intensive, la température maximale de jour doit être supérieure à 18 °C pendant deux jours.

Il faut environ un mois pour que la chenille atteigne sa pleine maturité. Lorsque les pommes ou les poires sont mûres, la chenille s’est généralement régalée et a atteint sa pleine maturité. La chenille adulte est de couleur crème à rose avec une tête brun foncé. Elle creuse une galerie vers l’extérieur du fruit à la recherche d’un lieu d’hibernation sous un morceau d’écorce détaché. Elle y hiberne sous la forme de chenille adulte. En l’absence d’un tronc rugueux, elle cherche également un endroit sur le sol. Elle se métamorphose également dans ces endroits. Elle hiberne de préférence du côté nord de l’arbre, car les différences de température du côté sud peuvent varier énormément sur une journée, ce qui réduit considérablement leurs chances de survie.

Le carpocapse commun a parfois une deuxième génération, en fonction du temps. Un été chaud entraîne très vite l’apparition d’une deuxième génération. Comme pour la plupart des insectes, il est de notoriété publique que leur développement est plus rapide lorsque les températures sont plus élevées. Début ou mi-juillet, les larves adultes de la première génération se métamorphosent et produisent une deuxième génération de carpocapse. C’est cette deuxième génération qui provoque le plus de dégâts. Elle produit des fruits véreux juste avant la cueillette, lorsque les fruits sont mûrs. Lorsque les températures sont plus froides, la majorité des larves adultes de la première génération restent à l’état de chenilles et hibernent de cette façon. Les dégâts causés par une deuxième génération sont alors beaucoup plus faibles.

Fruitmot shutterstock 703882300 Aangepast
Appels

Comment pouvez-vous lutter contre cette insecte?

Il est plus facile d’éliminer les minuscules chenilles qui viennent d’éclore. En règle générale, une pulvérisation au mois de juin suffit pour éradiquer la plupart des jeunes chenilles qui n’ont pas encore commencé à dévorer les fruits. L’insecticide biologique Conserve Garden est la solution adéquate.

Si vous souhaitez éliminer l’ensemble des carpocapses, il est souvent nécessaire de procéder à plusieurs pulvérisations, surtout si vous avez été exposé à une invasion massive la saison précédente. Dans ce cas, il est préférable de commencer au début du mois de juin et de répéter la pulvérisation deux fois, chaque fois avec un intervalle de 10 à 14 jours.

Pour un effet optimal, les feuilles et les fruits doivent être humidifiés au mieux avec le produit de pulvérisation. Il est préférable de pulvériser le soir, car c’est à ce moment que les insectes sont les plus actifs.

Lors des étés chauds, une deuxième génération peut faire son apparition. Il faut en tenir compte et la pulvérisation peut être répétée fin juillet ou début août afin de ne pas avoir de fruits véreux juste avant la cueillette, lorsque les fruits sont mûrs.

Share

Articles similaires